English Español Deutsch Русский Português

Cours Langue.org

Apprendre la langue hollandaise. Une brève vue d’ensemble sur le hollandais afin de vous donner un point de départ pour apprendre la langue.

La langue hollandaise

Le hollandais appartient à la branche germanique des langues et il est en partie similaire à l’allemand, au frisian et à l’anglais – l’anglais a quelques mots empruntés à l’hollandais comme "yacht" ou "cookie".

Histoire

Le hollandais standard (ou au choix le néerlandais standard) est la langue officielle de la Belgique et des Pays-Bas. Quand les Pays Bas devinrent indépendants au XVIIème siècle, ses contacts culturels avec les autres pays s’intensifièrent; c’est-à-dire quand le terme d’hollandais courant acquit son sens moderne car aux siècles précédents il désignait simplement toutes les régions où l’allemand était parlé.

Le dialecte qui est parlé dans les régions autour de Antwerpen fut la base du développement du hollandais moderne qui commença son processus de standardisation au XVIème siècle. Une autre étape dans la formation de la langue fut la première version en hollandais de la Bible qui a été traduite de façon à rendre le texte sacré compréhensible pour le plus grand nombre de personnes. Plus tard, la forme première du hollandais a reçu l’influence des dialectes urbains hollandais en plus de celle des dialectes “bas saxons”.

Dialectes

Le dialecte principal du hollandais standard est connu sous le nom de flamand, terme collectif qui comprend les variétés de hollandais de Belgique. Le flamand est caractérisé par l’usage de mots archaïques et par une intonation très douce, et pour cette raison, il a été défini comme la forme « la moins dure » du néerlandais.

Le vlaams occidental, le vlaams oriental, le limburg et l’antweros sont les autres principaux dialectes des Flandres. Quelques-unes de ces variétés comprennent des mots empruntés au français qui sont utilisés familièrement, par exemple le hollandais courant "vork" a été remplacé par "fourchette", mot qui a été employé en vieux français.

Quelques dialectes diffèrent du hollandais courant aussi pour la phonétique et la prononciation, par exemple la variante en vaalms occidental des sons "g doux" et du "h" sont prononcés de la même façon.

Il y a aussi quelques variations, telles que le limburg ou le bas saxon qui sont si différents de l’hollandais courant qu’ils sont considérés comme des langues à part et qu’on leur a attribué le statut de "langage de la rue" ou "langage de zone".

Grammaire

Les origines continentales et ouest-germaniques du hollandais proviennent de son ordre compliqué des mots et d’une curieuse tendance à accoler les noms ensemble. Cela donne d’incroyables longs mots comme "de randjongerenhangplekkenbeleidsambtenarensalarisbesprekingsafspraken" (littéralement : les accords des négociations concernant le salaire des agents publics qui prennent parti pour la politique des régions où la jeunesse désœuvrée est autorisée à rôder), ou "hottentottententententoonstellingsmakersopleidingsprogramma" (qui signifie "le programme d’études d’une éducation qui enseigne les organisateurs d’expositions des tentes des Hottentots").

Ce ne sont pas de longs poèmes, mais des mots hollandais grammaticalement corrects… En réalité, dans le langage parlé, de telles constructions aussi longues sont d’ordinaire évitées et le nombre de mots collés ensemble se limite souvent à deux ou trois.

De nos jours, la grammaire hollandaise est devenue beaucoup plus simple qu’il y a cent ans. Grace à une méthode de simplification qui s’installa pendant des années, il y a eu une limitation de l’emploi des causes : maintenant, elles ne sont utilisées que pour les pronoms et elles n’existent plus pour les noms et les adjectifs. En plus de cela, les noms ne peuvent être que neutres ou de genre commun, ce qui peut créer un désordre pour les étudiants dont la langue maternelle est l’anglais ou une langue romane (par ex. l’italien ou l’espagnol). En vérité, les déclinaisons des noms dans ces langues comprennent des concepts de masculin et de féminin, totalement inconnus des locuteurs hollandais.

Argot

A présent, il est temps de se détendre avec quelque chose de plus coloré et de sûrement moins ennuyeux que la grammaire – les expressions de l’argot.

Les premières phrases sont employées par les étudiants :
- knor : quelqu’un qui a tout faux, qui se trompe toujours, qui dit toujours des choses fausses au mauvais moment et qui est en conséquence considéré comme un échec social. Exemple : 'John is een suffe knor!' ne veut pas moins dire que 'John est quelqu’un d’ennuyeux, d’inintéressant'.
- brugpieper: un étudiant de la première classe du lycée. Le mot est utilisé par les étudiants des classes terminales. C’est une composition de "brugklas" (classe-pont; la première classe étant un "pont" pour des orientations différentes de l’enseignement secondaire) and "pieper" (jeune poulet).

Enfin, jetons un coup d’œil sur quelques expressions « piquantes » très appropriées si vous voulez offenser quelqu’un :

Un "dombo" est un idiot et un "zeiker" est quelqu’un qui se plaint des petites choses qui ne peuvent être changées. Si vous dites que l’un de vos amis est un "Johny" (ou Sjonnie), cela veut dire qu’il est un "garçon pas intellectuel". Le terme approprié pour nommer la petite amie de ce gars est 'Anita', qui est le terme féminin correspondant à "Johny".

Ces expressions pourraient prend un ton très offensant, aussi, essayez de limiter leur emploi aux cas d’urgence - c'est-à-dire si vous haïssez définitivement cette personne !